Accueil
Progression des apprentissages au secondaire

Progression des apprentissages au secondaire

La progression des apprentissages au secondaire constitue un complément à chaque programme disciplinaire en apportant des précisions sur les connaissances que les élèves doivent acquérir et être capables d’utiliser à chaque année du secondaire. Il s’agit d’un outil qui est mis à la disposition des enseignantes et des enseignants pour les aider à planifier leur enseignement et les apprentissages que feront leurs élèves.

Place des connaissances dans l’apprentissage

Les connaissances qu’un jeune acquiert lui permettent de mieux comprendre l’univers dans lequel il évolue. Depuis son tout jeune âge, à l’intérieur de sa famille et par ses contacts avec ses amis et les médias, notamment, celui-ci accumule et utilise une quantité toujours croissante de connaissances, et ce sera le rôle de l’école de l’amener progressivement à les élargir, à les approfondir et à les organiser.

Connaissances et compétences sont appelées à se renforcer mutuellement. D’un côté, les connaissances se consolident à travers leur utilisation; de l’autre, l’exercice des compétences entraîne l’acquisition de nouvelles connaissances. Faire acquérir des connaissances pose toutefois le défi de les rendre utiles et durables, ce qui renvoie à la notion de compétence. En effet, on n’est véritablement assuré de l’acquisition d’une règle de grammaire, par exemple, que lorsqu’elle est utilisée de façon appropriée, dans des textes et des contextes variés qui vont au-delà de l’exercice répétitif et ciblé.

Intervention de l’enseignante ou de l’enseignant

Le rôle de l’enseignante ou de l’enseignant dans l’acquisition des connaissances et dans le développement des compétences est essentiel et une intervention de sa part est requise tout au long de l’apprentissage. La Loi sur l’instruction publique lui donne d’ailleurs la responsabilité du choix des « modalités d’intervention pédagogique qui correspondent aux besoins et aux objectifs fixés pour chaque groupe ou chaque élève qui lui est confié » (article 19). Il appartient donc à l’enseignante ou à l’enseignant d’adapter ses interventions et de les appuyer sur une diversité de stratégies, qu’il s’agisse par exemple d’un enseignement magistral donné à l’ensemble de la classe, d’un enseignement individualisé offert à un élève ou à un petit groupe d’élèves, d’une série d’exercices à faire, d’un travail d’équipe ou d’un projet particulier à réaliser.

Afin de répondre aux besoins des élèves ayant des difficultés d’apprentissage, l’enseignante ou l’enseignant favorisera leur participation aux activités proposées à l’ensemble de la classe, mais il prévoira aussi, le cas échéant, des mesures de soutien. Ces mesures pourront prendre la forme d’un enseignement plus explicite de certaines connaissances, par exemple, ou encore celle d’interventions spécialisées.

Quant à l’évaluation des apprentissages, elle a essentiellement deux fonctions. Elle permet d’abord de porter un regard sur les apprentissages de l’élève pour le guider et le soutenir de façon appropriée. Elle sert ensuite à vérifier à quel point l’élève a fait les apprentissages attendus. Cependant, quelle qu’en soit la fonction, conformément à la Politique d’évaluation des apprentissages, l’évaluation devrait porter à la fois sur les connaissances de l’élève et sur la capacité qu’il a de les utiliser efficacement dans des contextes qui font appel à ses compétences.

Structure

La progression des apprentissages est présentée sous forme de tableaux qui regroupent les connaissances de façon semblable à celle des programmes disciplinaires. Ainsi, pour la mathématique, par exemple, ces connaissances sont présentées par champs : arithmétique, géométrie et autres. Lorsqu’une discipline est en continuité avec le primaire, un arrimage est proposé entre la Progression des apprentissages au primaire et la Progression des apprentissages au secondaire. Chaque connaissance indiquée est par ailleurs associée à une ou à plusieurs années du secondaire au cours de laquelle ou desquelles elle constitue un objet formel d’enseignement.

Une légende commune est utilisée pour toutes les disciplines. Trois symboles composent cette légende : une flèche, une étoile et un espace grisé. Ce qui est attendu de l’élève est décrit de la façon suivante :

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.
L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.
L’élève réutilise cette connaissance.

La flèche indique que l’enseignement doit être planifié de manière à ce que l’élève entreprenne l’apprentissage de cette connaissance au cours de l’année scolaire et le poursuive ou le termine l’année suivante en bénéficiant toujours de l’intervention systématique de la part de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’étoile indique que l’enseignement doit être planifié de manière à ce que la majorité des élèves aient terminé l’apprentissage de cette connaissance à la fin de l’année scolaire.

L’espace grisé indique que l’enseignement doit être planifié de manière à ce que cette connaissance soit réutilisée au cours de l’année scolaire.